Aller au contenu

Nouvelles

Mars 2022 – La guerre des finances!

29 mars 2022
Retour au blogue

On ne peut rester indifférent à la situation conflictuelle qui subsiste en Ukraine. Une population aux prises avec un oppresseur de premier plan qui met à mal la sécurité physique, psychologique et économique d’une population entière. De notre côté, nous pourrions qualifier notre situation de « pénarde » en comparaison avec les Ukrainiens. Nous vivons, dans un moindre impact, la résultante de cette crise. La conjoncture de la guerre, d’une « fin » de pandémie timide et surtout de l’arrêt récent de la majorité des programmes d’aide « COVID » soulèvent brusquement la fragilité de l’économie.

La fin des programmes COVID concorde également avec l’émergence d’une inflation plus forte et une recrudescence de la pénurie de main-d’œuvre. L’inflation, portée dans son élan par le déséquilibre de l’offre et la demande en fournitures de base pour une majorité d’entreprises, est parallèlement soutenue pour une bonne partie par le prix du pétrole.

La main-d’œuvre pèse également fort dans le budget des entreprises. Elle devient un sujet important lié à la rentabilité, mais encore plus, à la survie des entreprises. Que ce soit un commerce dans la vente au détail, un bureau de services professionnels, dans la fabrication et le transport, toutes les entreprises sont frappées de plein fouet par le manque de main-d’œuvre, et par ricochet, par les augmentations de coûts liées aux salaires de plus en plus élevés.

Finalement, le taux d’intérêt est aussi un élément qui peut affecter la capacité financière de vos clients et la vôtre. L’inflation et les seuils historiquement faibles des taux récemment atteints laissent fortement présager une recrudescence des taux directeurs. Un ajustement de 1 point ou 1,5 point peut avoir de grands impacts financiers pour votre entreprise.

Comme on peut le voir, les entreprises sont prises d’assaut de tout bord et de tout côté et leurs finances sont mal menées. Sans pour autant éteindre l’impact financier de tous ces changements relativement soudains, il est possible d’en minimiser les séquelles.

Les principaux outils pour y parvenir sont :

Mise en place d’un tableau de bord financier hebdomadaire ou mensuel

Bien que la mise en place de ce dernier ne permette pas le contrôle des coûts que vous subissez, il vous permettra toutefois d’ajuster vos prévisions et vos prix de vente en temps et lieu. Il n’est pas nécessaire d’attendre les états financiers de fin d’année pour réagir.

Ce tableau de bord peut contenir de multiples informations, mais il est tout de même conseillé de le limiter aux informations essentielles. Un tableau trop lourd peut être non fonctionnel et décourager son utilisation. Prenez les 3-4 grands postes budgétaires par exemple et suivez-en l’évolution. Utilisez également quelques ratios plus génériques, mais primordiaux dans cette guerre des finances. Par exemple, votre tableau de bord financier pourrait contenir :

  • L’évolution/ratio de vos coûts main-d’œuvre sur vos ventes.
  • L’évolution/ratio coût du transport ou carburant sur vos ventes.
  • L’évolution/ratio achat sur ventes.
  • Ratio de liquidité.
  • Ratio d’encaissement recevable et de décaissement aux fournisseurs.
  • Simulation d’impact de coût des taux d’intérêt sur vos facilités de crédit.

Le tableau de bord financier n’est pas le seul et l’unique outil nécessaire à la réussite. D’autres tableaux de bord peuvent être mis en place pour faciliter la gestion de départements spécifiques. Par exemple, en ressources humaines il est intéressant de connaître notre taux de rotation des employés ou de comparer nos coûts de main-d’œuvre avec le marché.

Bien que fastidieux à mettre en place pour plusieurs, les tableaux de bord sont peut-être vos armes les plus efficaces pour contre-attaquer aux variations constantes des coûts.

Réviser ou mettre en place des politiques de ressources humaines adaptées et adaptatives

Bien plus qu’un centre de coût, les ressources humaines sont un capital clé au sein des entreprises. Comme l’indiquent plusieurs recherches, et nous le voyons davantage sur le terrain de nos jours, le facteur rémunération n’est pas nécessairement l’élément fondamental pour les employés actuels et futurs. Un bon arrimage entre salaires, conditions de travail et ambiance de travail est primordial pour s’assurer d’une main-d’œuvre permanente et motivée. Une bonne stratégie :

  • S’assurer d’un bon processus d’intégration.
  • Investir dans la formation montre un intérêt envers vos employés.
  • Investir également dans la formation des employés-cadres afin de développer leurs compétences en management d’employés.
  • Mettre en place une grille d’avancement et des compétences requises. Y’a rien de pire que de répondre à un employé « on verra quand tu seras rendu là ».
  • Mettre en place des programmes de reconnaissance.
  • Monitorer et équilibrer la charge de travail. Plusieurs employés sont prêts à s’investir dans leur travail, mais ils ressentent souvent de l’injustice lorsqu’ils voient que d’autres employés moins appliqués et moins travaillants n’ont aucun blâme ou réprimande.
  • La flexibilité du temps de travail est probablement l’élément le plus sensible aux employés présentement. Bien qu’il ne soit pas possible dans tous les domaines, il faut mettre sur table des possibilités quasi infinies de disponibilité au travail. Que cela soit un horaire réduit, condensé, l’accès au télétravail (partiellement ou totalement), rien n’est à négliger pour attirer et conserver les ressources.

Réviser vos contrats ou conditions de facturation

Selon votre domaine ou vos délais de production, en cette période exceptionnelle de volatilité des coûts, il serait intéressant d’assujettir vos soumissions ou cotations à une clause d’ajustement de prix en fonction d’indice statistique. Par exemple, en construction, le délai entre la soumission et l’exécution des travaux peut être assez long. En assujettissant la soumission à une clause d’ajustement de prix lié à l’indice de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) du coût de construction, vous limitez vos risques d’être déficitaire dû à la volatilité des coûts.

Bref, nos agresseurs principaux que sont l’inflation, le taux d’intérêt et l’employabilité ne sont pas des ennemis indestructibles. Il y a des moyens pour les contrôler et même les battre.

En temps de conflit, ça prendre des armes simples, efficaces et adaptées. Les notes ci-dessus sont des outils qui maximisent vos chances de vous en sortir gagnant.

Malheureusement, si le choc est trop important ou votre réaction trop tardive, votre situation pourrait être en péril. Nos professionnels de l’insolvabilité sont disponibles pour vous et ont des armes en réserves pour combattre à vos côtés. N’hésitez pas à les appeler en renfort.

Vous désirez en savoir davantage, n’hésitez pas à contacter Gino Bouchard, CIRP, BAA, syndic autorisé en insolvabilité et notre équipe de syndics au 1 866 833-1054.

Partager sur
This site is registered on wpml.org as a development site.